La première connexion à Internet

compuserveNos émotions fortes du dernier billet passées, il est temps de revenir au sujet prévu à l’origine, les 20 ans d’Internet de PapGeek.

Depuis le début de mon intérêt pour l’informatique, j’ai essayé de connecter des choses à mes ordinateurs. Et avant ça, le Minitel seul était déjà un monde ouvert sur l’extérieur. Il y avait donc une logique à ce que l’un rencontre l’autre, que l’ordinateur se connecte à un Minitel afin d’en utiliser son modem interne. Nous disposions donc à l’époque d’un modem gratuit — le Minitel était proposé gratuitement par France Telecom — qui fonctionnait de base à 75/1200 bauds mais que l’on pouvait, sur les modèles 1B par exemple, utiliser en modem symétrique 1200/1200.

La porte était ouverte…

On utilisait certes les services gratuits du Minitel avec sa vitesse initiale : l’annuaire au 3611 dont les trois premières minutes de consultation étaient gratuites ce qui m’a conduit à être pendant un temps, sur Atari ST, puis sur Mac et PC, un spécialiste des automates d’extraction de données d’adresses de cet annuaire pour une utilisations marketing et commerciale. On récupérait des données sur certains critères (tous les médecins du calvados par exemple), on en faisait un fichier informatique que l’on fournissait à un client à qui on vendait une prestation complète (impression d’étiquette, mailing postal, …) J’ai aussi développé des parties de logiciels automates d’annuaire électronique, notamment lors de mon stage AFPA. C’est d’ailleurs comme cela que j’ai eu mon premier compatible PC, origine Japon, gratuit, offert par la boite pour laquelle je développais.

Il y a aussi eu les périodes BBS, l’ancêtre d’Internet, des serveurs décentralisés mais pas interconnectés, privés pour la plupart, montés et maintenus par des particuliers, passionnés d’informatique et de télécommunications.

On ne se contentait pas de brancher des boites noires comme aujourd’hui en suivant un tutoriel sur You Tube, mais on glanait des infos dans différentes revues — des trucs écrits sur du papier, vous savez, le support inventé par des égyptiens qui a connu son industrialisation dans l’invention de l’imprimerie moderne par un allemand vers 1450 — souvent en anglais, pour confectionner tel ou tel câble entre tel port série (pas toujours compatible avec les standards) et tel modem ou Minitel. On confectionnait donc des câbles pour adapter l’impédance du port série d’un minitel et celui d’un PC en RS-232 (422 pour les Mac). Ça consistait à souder selon un schéma bien connu des électroniciens, un transistor, une/des résistance(s) et de mettre tout ça dans le boitier d’un connecteur DB-25.

Début 1995, PapGeek a déjà une bonne expérience. Personnelle depuis 1979 en autodidacte passionné, puis par un stage de 14 mois en micro-informatique industrielle, par plus de 5 ans chez un des plus gros revendeurs micro-informatique français et européens, 14 mois à Apple Assistance et depuis lors, en poste à l’informatique de la Caisse des Dépôts et Consignation (Informatique CDC).

Dans ce dernier poste, il se faisait mollement suer PapGeek ! Après une certaine frénésie et la participation à la fin d’Apple Assistance (destruction de la Soucoupe aux Ulis devant mes yeux !), le travail dans une quasi administration à la mentalité bien… molle, n’était pas pour réjouir le PapGeek toujours avide de découverte et de nouveauté !

On connaissait Internet à cette période, un peu avant au début des années 1990, surtout par son histoire : Arpanet, l’armée, les universités américaines puis l’extension au réseau. Mais aucun accès grand public n’existait (les premiers par WorldNET en 1994). On ne pouvait lire les Usenet Newsgroups par exemple que par des feed UUCP par mail. C’était lourdingue, lent, mais super intéressant car on y trouvait des infos que l’on ne trouvait pas ailleurs ou qui mettait un temps certain avant d’atterrir dans des articles de magazines. Bien loin du grand public !

On avait aussi Calvacom. C’était pas encore Internet, c’était un gros BBS public, il y avait desCalcaCom_1 feed de News Usenet et c’était, entre le Minitel fermé et l’Internet ouvert, un juste milieu qui nous permettait d’échanger avec d’autres passionnés.

C’est alors que… tantantan… , fin 1994, mon ancien boss chez le distributeur micro-informatique m’appelle et me propose de venir m’éclater chez… CompuServe !

Ah, CompuServe ! Une période mémorable pour des tas de raisons. J’ai des centaines d’anecdotes sur CompuServe, avec CompuServe ou à cause de CompuServe. À commencer par mon mariage !

Non pas que j’y ai connu ma chère et tendre là-bas, non,  j’étais déjà en couple et père de deux enfants depuis déjà longtemps quand je suis entré chez Compu, mais les circonstances de l’obtention de mon passeport pour mon premier voyage aux USA afin de visiter la maison mère, ont eu un effet imprévu : mon mariage 🙂

J’entre le 1er février 1995 chez CompuServe.

Je suis le 5ème d’une équipe que je vais prendre en charge en tant que Superviseur. C’est aussi mon premier job en tant que responsable d’une équipe. C’est moins facile que responsable d’un SAV tout seul mais sans doute plus enrichissant.

CompuServe c’était un réseau propriétaire totalement indépendant d’Internet, premier service en ligne créé en 1969, donc bien avant le Net. Le réseau disposait de ses propres machines, serveurs (même des qu’ils avaient fabriqués eux-mêmes), routeurs, point d’accès. De même au niveau des services proposés comme le mail et le tchat (ce sont les créateurs du premier tchat avec le service CB Simulator), les forums étaient la raison principale des abonnements. CompuServe a aussi créé le format GIF afin de compresser les images pour accélérer les téléchargements. On s’y connectait par modem RTC. En 1995, on venait de passer au 33,600 et le parc était constitué en majorité de 14,400 bps.

cd_compuserve_1998Tout cela était accessible à l’aide d’un logiciel — CIM pour CompuServe Information Manager, DosCIM, WinCIM ou MacCIM selon le système — qui donnait accès à tous les services. Pas de connexion Internet, pas d’accès web. Tout en interne, propriétaire et fermé. Les avantages étaient multiples comme la sécurité, la fiabilité, l’homogénéité des services, etc Mais tout le monde voulait de l’Internet. Personne ne savait ce que c’était dans le grand public mais comme les médias faisaient leur boulot de matraquage, tout le monde en voulait. Entre peur de l’inconnu bien alimentée par des articles de presse sulfureux et envie de découverte, d’espace, d’apprentissage, de liberté.

De mémoire, nous avons ouvert notre première connexion Internet grand public en France en Avril 1995, soit à peine deux mois après mon arrivée. Durant ces deux mois, nous allons courir dans tous les sens pour parvenir à nous connecter au service permettant de lancer un navigateur et surfer sur le web. La connexion proprement dite sous Windows 3.1 se faisait au travers de la bibliothèque « winsock » (une dll) et avec l’interface Trumpet winsock.

Nous avons galéré comme des malheureux pendant plusieurs semaines sur le sujet. Jusqu’au moment où nous avons regardé comment cela fonctionnait sur Mac. En suivant une petite doc en anglais, nous avons configuré notre machine et nous avons eu la connexion du premier coup ! 🙂 Ce Mac nous a d’ailleurs servi pendant plusieurs mois pour faire l’assistance sur Internet de manière globale (support sur le web, l’email, les comptes pop/smtp, …) avant que nous ne soyons au point sur la partie Windows avec NetLauncher et le navigateur Spry Mosaic.

J’ai des centaines d’anecdotes et d’histoires pendant ces années là, certaines que j’ai déjà racontées dans de précédents billets, en plus de celle de mon mariage. En voici une autre…

À l’été 1995, Microsoft sort… Windows 95. Première interface à faire disparaitre complètement DOS et à devenir de plus en plus proche du Mac (au moins ils essaient :-)). Dès la rentrée, nous allons recevoir au Service Client et au support, des appels téléphoniques pour la configuration de nos logiciels sur ce tout nouveau système. Malgré de multiples demandes de notre part auprès de la direction, celle-ci nous refuse l’évolution de notre parc pour des raisons de coûts. Dès le début décembre, pressentant que les achats de Noël vont augmenter le nombre d’appels au support, je m’achète sur mes propres deniers mon premier PC (le précédent m’avait été donné par un employeur) sous Windows 95. J’ai ainsi pu commencer les tests et la rédaction de scripts de réponses téléphoniques que j’ai ensuite distribué à l’équipe.

Après de multiples réunions houleuses avec la direction, nous avons fini par obtenir gain de cause et la possibilité d’acheter une, et une seule, machine sous Windows 95 pour pouvoir en faire l’assistance auprès de nos abonnés ! Nous l’avions peu avant Noël, nous permettant de préparer la rentrée de Janvier pour affronter les appels clients qui n’ont pas manqués d’arriver.

Felipe,
Infoplex : 70007,6606

1 réflexion sur « La première connexion à Internet »

  1. Ping : Le mariage de PapGeek ! | PapGeek

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *